les Accueils de la gestion de l'automobile dans les conditions spécialement dangereuses
(La partie 4)

Il est recommandé de surmonter les terrains Sablonneux sur le chemin de la dispersion, mais le mouvement long du sable réaliser sur la vitesse inférieure, sans arrêts et le changement de vitesse, à une moyenne fréquence de la rotation du vilebrequin du moteur. Il faut se rappeler que, s'il y a un choix, il vaut mieux avancer selon le sable mouillé, qui a considérablement une grande densité. Si sur le terrain sablonneux de la roue commencent à patiner, il est nécessaire immédiatement de cesser le mouvement, nettoyer le sable devant les roues, mettre sous les roues motrices les documents de fortune et commencer le mouvement harmonieux. On peut déduire l'automobile dérapant de probuksovyvanija, ayant diminué un peu la pression dans les pneux (sur 3 de la norme) et ayant freiné un peu les roues motrices de derrière par le frein de station.

Le Mouvement à l'hiver se complique par la présence de la neige et la couche de glace sur les chemins, ainsi que les tas de neige neigeux, dans qui se trouve très souvent l'automobile, puisque a un assez petit poids et est facilement exposé au dérapage dans la neige molle.

Le Chemin, priporoshennaja par la neige tombante récemment, pour le conducteur ne présente pas les difficultés. Il faut seulement se rappeler que sous lui il y avoir être des terrains glacés. Quand une telle neige est par une assez grosse couche, selon lui il faut avancer régulièrement, sans revirements et la réduction rude de la vitesse, en passant en temps voulu et harmonieusement sur les transmissions inférieures. Tout cela permettra de ne pas s'égarer du rythme et ne pas rester coincé. Quand sur le chemin la voie profonde, il faut avancer pas trop vite pour ne pas perdre la dirigeabilité et brusquement ne pas surgir sur une grande vitesse de la voie. L'essentiel de plus - de ne pas tenter construire la voie.

À la chute de neige déjà à un petit vent sur le chemin peuvent se former les alluvions, les lignes dormantes, les tas de neige de la neige fraîche. Si bas et après lui la suite du chemin, on peut le surmonter sur les vitesses est visible le tas de neige. Il faut disperser pour cela l'automobile et se frayer un passage dans la neige pour l'essentiel aux frais de l'inertie, sans admettre le grippage des roues. Si vous sentez qu'avec la marche le tas de neige ne pas passer, ne tentez pas de faire cela, en appuyant sur le gaz. Il vaut mieux s'arrêter, donner la marche arrière et répéter tout selon la voie déjà construite par vous. Haut, mais un petit tas de neige vaut mieux razgresti par la pelle.

Si vous voyez qu'est resté coincé en avant l'automobile, ne tentez pas de le visiter avec la marche (inutilement et non de manière de compagnon). S'arrêtez mieux, aidez au conducteur à partir, mais puis avancez selon sa trace. Les sections assez étendues, enneigé, il faut surmonter seulement avec la reconnaissance préalable pour toujours avoir la possibilité de changer la manoeuvre.

Si au dérapage des roues dans la neige ou dans les conditions des chemins de terre le conducteur sent que par le moteur on ne réussit pas à rapprocher la voiture ni en arrière, ni en avant, il faut cesser ceux-ci-tentatives, puisque le grippage ultérieur amène seulement à ce que l'automobile s'assoira par le corps de la carrosserie sur le chemin, mais les roues resteront suspendu d'un air d'impuissance.

Il faut sortir Dans la conjoncture présente de l'automobile, s'orienter et décider, beaucoup mieux avancer - en avant ou en arrière. Puis les outils se trouvant et les adaptations il faut nettoyer la neige ou le sol de dessous de l'automobile dans la direction nécessaire et faire une bonne voie. Il faut nettoyer le terrain de la voie jusqu'à cette place, où la voiture peut s'arrêter, et puis est indépendant démarrer de la place.

Quand tout est préparé, il faut mettre les roues avant strictement directement et le mouvement commencer harmonieusement, sans grippage des roues. Le travail habile par les pédales du bouchoir d'étranglement et l'enchaînement - le gage du succès. Si on ne réussit pas à démarrer quand même de la place, sous les roues motrices il faut mettre les pierres, les branches, les morceaux de bâche ou le tapis, les planches, la paille. Si les roues trop "чрЁ№ышёі" il faut poddomkratit' l'automobile et l'approfondissement remplir par quelque chose ou bloquer, par exemple, la planche. On peut essayer faire balancer l'automobile, en alternant l'insertion harmonieuse et le débranchement de l'enchaînement en mesure le balancement.

À l'hiver les voies de tram peuvent se trouver plus bas niveau de la couche de neige, en conséquence de quoi se forment profond de la voie. Si les roues de l'automobile se trouvent dans une telle voie, il faut réduire la vitesse, le tournant harmonieux au départ à gauche, mais puis par le mouvement brusque à droite, déduire l'automobile de la voie et vite dévisser le volant à la position initiale.

Les Voies ferrées sur les déménagements non équipés peuvent se trouver aussi plus bas couche de neige que peut amener au dérapage des roues. C'est pourquoi avant le déménagement ferroviaire il faut s'arrêter absolument, l'examiner et puis passer les rails sous un certain angle.

Le mouvement des automobiles dans les conditions des chemins de montagnes, caractérisant par les montées longues et les descentes, rapide et fermé selon les conditions de la visibilité tournants, par endroits avec la chaussée étroite est spécialement dangereux.

<= la page précédente - la page suivante =>