les Accueils de la gestion de l'automobile au temps sombre des jours
Et dans les conditions de la visibilité insuffisante (la partie 2)

Au mouvement de l'automobile au temps sombre des jours il faut souvent faire le dépassement. En général, le mouvement de l'automobile en régime libre précède le dépassement. Donc, le conducteur éclaire le chemin par l'éclairage-route. En approchant de l'automobile-leader il est nécessaire de prendre les mesures prévenant l'aveuglement du conducteur par le rétroviseur. Pour cela sur la distance 150 m il faut passer sur les phares code et s'approcher de l'automobile-leader sur 75... 50 m, en continuant à avancer selon une ligne avec lui. Un tel accueil de l'approche chez le leader est sûr pour le leader, ne provoque pas son aveuglement et même de l'augmentation essentielle du niveau de l'adaptation, puisque les commutations se réalisent sur les distances suffisantes. Les phares code sur la distance 50 m ne peuvent pas aveugler le conducteur dans le rétroviseur, puisque la partie droite soulevée sur le chemin du faisceau lumineux des phares ne se trouve pas dans les miroirs.

Pour l'automobile dépassant cet accueil est sûr aussi, puisque pour son conducteur par la distance de la visibilité nécessaire à la sécurité sous les conditions, est la distance jusqu'à l'automobile allant t en avant (les automobiles dvizhutsja selon une ligne, c'est pourquoi l'apparition instantanée des obstacles dans l'intervalle entre eux est peu probable). Ensuite le conducteur de l'automobile dépassant doit partir sur la ligne du mouvement pour le dépassement et, ayant inséré l'éclairage-route, examiner la ligne du contre-mouvement sur probablement bol'shem la distance en avant. De plus il est nécessaire de se persuader en premier lieu de l'absence à la ligne des feux blancs. Ils peuvent être les phares ou les feux de devant de grande dimension des véhicules de rencontre. En présence de tels feux ou quand même la lueur d'incendie de la lumière à l'horizon le dépassement est très dangereux. Il demande au conducteur de la grande expérience et le savoir-faire correctement de Compter le rapport des vitesses des automobiles du leader, l'automobile de rencontre, ainsi que prendre en considération d'autres facteurs définissant la longueur de la voie du dépassement et le degré de son danger. Durant la nuit, quand la définition juste des facteurs énumérés est extrêmement embarrassée, dépasser en présence de l'automobile de rencontre on ne peut pas.

En l'absence des véhicules de rencontre il est nécessaire d'examiner la ligne du mouvement comme on peut plus loin et se persuader de l'absence sur elle des obstacles immobiles. Les obstacles immobiles à la ligne de rencontre sont moins dangereux, que mobile à la rencontre le véhicule, puisque le conducteur a le temps de s'arrêter, sans arriver à l'obstacle (si la vitesse du mouvement est choisie correctement conformément à la distance de l'éclairage). Il est désirable Cependant que la zone du dépassement n'excède pas selon la distance de la zone de l'éclairage par l'éclairage-route des phares. Dangereux est le moment du départ sur la ligne du contre-mouvement, puisque l'obstacle peut être fermé par le corps de l'automobile-leader. Donc, au dépassement on ne peut pas trop vite s'approcher du leader et soudain partir sur la ligne du contre-mouvement; il est nécessaire toujours d'avoir la réserve de la distance pour le retour sur la ligne initiale du mouvement.

S'étant persuadé de l'absence à la ligne de rencontre de quelques obstacles, il faut rudement augmenter la vitesse du mouvement et rattraper l'automobile-leader, en avançant avec l'éclairage-route inséré des phares. Ayant rattrapé le leader, ayant fait un - deux commutations de la lumière des phares avec lointain sur voisin et ayant reçu la réponse sur ce que le signal du dépassement est accepté le dépassement est sûr (l'insertion de courte durée dépassé de l'index droit du tournant et le déplacement de l'automobile à droite), on peut dépasser le leader. Après cela il est nécessaire d'augmenter la distance entre les automobiles jusqu'à 50... 75 m et finir le dépassement, étant revenu vite sur la ligne initiale du mouvement. Il faut prendre en considération de plus le suivant : si le conducteur revient sur la ligne initiale du mouvement trop tôt, il risque de provoquer la collision. Durant la nuit, en outre il sera absolument aveuglé dans le rétroviseur par les phares de l'automobile, qui il a dépassé tout à l'heure.

Le Conducteur de l'automobile dépassé doit être aussi très attentif dans la situation complexe et dangereuse du dépassement dans la nuit et pronostiquer son développement possible. Il est engagé selon la possibilité de faciliter dépassant la manoeuvre. À l'approche de l'automobile dépassant il faut d'avance se persuader que les deux lignes du mouvement (principal et de rencontre) sont libres, puis accepter à droite, réduire la vitesse du mouvement et en réponse au signal dépassant montrer que le chemin est libre en avant le dépassement est possible, i.e. insérer l'index droit du tournant.

Quand l'automobile dépassant reviendra sur la ligne du mouvement, le conducteur, qui ont dépassé, doit se rappeler la possibilité de la collision, si dépassant a accompli incorrectement la manoeuvre, et commuter les phares de l'éclairage-route sur voisin, et avancer avec lui jusqu'à ce que l'automobile-leader n'ira pas en avant sur la distance plus de 150 m Puis il est nécessaire de nouveau de passer sur l'éclairage-route. Si apparaissent quelques raisons empêchant le dépassement ou faisant il dangereuses, le conducteur de l'automobile dépassé doit accepter une des mesures suivantes :

  • montrer par l'insertion du gauche index du tournant que le dépassement est impossible ou dangereux;
  • il faut insérer l'index du tournant droit, scintiller 2... 3 fois par le signal du blocage, accepter à droite, réduire la vitesse (s'il faut, jusqu'à l'arrêt complet) et manquer plutôt dépassant en avant pour qu'il le temps de revenir jusqu'à l'obstacle sur la ligne initiale du mouvement ou le visiter.

Le Premier accueil est plus préférable, puisqu'il conjure le danger pour les deux conducteurs. Il faut appliquer le deuxième accueil dans le cas où dépassant, malgré la prévention, continue quand même le dépassement, en excédant beaucoup la vitesse.

Au mouvement dans la nuit, particulièrement sur les grandes distances, il est toujours confortable d'avancer pour le leader. Cependant il faut choisir le leader avec succès. À la base du mouvement pour le leader est le principe : dans l'intervalle entre le leader et conduit l'apparition de l'obstacle est peu probable. Cela donne la possibilité d'avancer en s'orientant vers les feux de grande dimension du leader (à la préservation de l'intervalle sûr), i.e. avec un plus petit effort émotionnel et (si les gabarits du leader sont assez grands) éviter l'aveuglement.

Au mouvement de l'automobile dans la nuit sur les chemins avec les tournants, sur les montées et les descentes le conducteur peut au préalable s'orienter selon la touffe lointaine de la lumière des phares. À l'approche vers le sommet de la montée sur l'horizon éclairé sont visibles les silhouettes des obstacles accidentels, et la lumière des automobiles de rencontre n'aveugle pas. Même se rapporte et au conducteur de l'automobile de rencontre. Puisque les deux conducteurs apparaissent dans le cas présent au moment, quand ils se trouvent tout près l'un de l'autre, les conducteurs doivent être vite prêts à couper l'éclairage-route. Quand un automobile déménage de la montagne, mais l'autre s'en approche par le chemin égal, on peut remettre la commutation de la lumière sur voisin jusqu'au moment, les deux automobiles ne se trouveront pas à un niveau.

Sur les tournants un des conducteurs des automobiles de rencontre se trouve toujours dans les meilleures conditions : c'est le conducteur allant selon le côté intérieur du tournant, la lumière de l'automobile de qui aveugle le conducteur de l'automobile allant selon le bord extérieur du tournant, pendant que la touffe de la lumière du dernier est dirigée de côté du chemin (fig. 42). Il est nécessaire de se rappeler cela et au préalable commuter la lumière au mouvement de la courbe intérieure du tournant. En outre les phares code avec une large touffe sont plus confortables dans ce cas, puisqu'il éclaire l'espace à l'intérieur du tournant. Le conducteur suivant selon le bord extérieur, peut et ne pas commuter l'éclairage-route sur voisin, si cela n'empêche pas le conducteur de l'automobile de rencontre.

l'action Aveuglant de la lumière des phares au départ sur povorotahris. 42. L'action aveuglant de la lumière des phares au départ sur les tournants

Fig. 42. L'action aveuglant de la lumière des phares au départ sur les tournants

Au mouvement dans les conditions municipales le régime lumineux change des terrains bien éclairés des grandes routes à ruelles non entièrement éclairées et local proezdov. Les Signaux lumineux il faut se découper sur des feux des publicités, les devantures, les fenêtres éclairées. La sécurité dans telles conditions dépend en plusieurs cas de, autant les appareils lumineux de l'automobile bien aident la vue du conducteur.

<= la page précédente - la page suivante =>